Mélancolie

« Le spleen n’est plus à la mode » nous dit la chanteuse Angèle. Mais est-ce une question de mode, ou une culpabilité savamment orchestrée par le complot altermondialiste et/ou néolibéral pour mieux nous contrôler ?

Sérieusement, je vis régulièrement des épisodes de mélancolie, et depuis toujours.

Depuis des années, je travaille là-dessus. Pourquoi, en effet, suis-je régulièrement en proie au vague à l’âme ? Ca me tombe dessus sans prévenir, sans que je sache pourquoi. C’est désagréable. Et je m’en sens coupable.

Partout, sur les sites de bien-être, autour de moi, on me dit de pratiquer la gratitude. Même mon mari s’y est mis. Et moi, je me permets d’avoir le moral dans les chaussettes ? la compulsion alimentaire poussée à fond ? l’humeur maussade ? la larme à l’œil ? … Pourtant, il n’y a apparemment aucune raison.

Par exemple : je sors d’une journée chaleureuse et détendue avec des amis ou en famille, je suis parfaitement heureuse et j’en repars le moral au zénith. Une demi-heure plus tard, je me sens à côté de mes pompes, je marmonne, je me réfugie dans le silence, l’œil humide, mal à l’aise, malheureuse.

Tout ça ne répond pas à ma volonté. De la gratitude, j’en ai à revendre. La joie, je la cultiverais volontiers dans ces moments, si je le pouvais. Je m’y essaye activement.

Et puis, voilà que j’ai appris hier, lors d’une lecture édifiante sur le Human Design, ce que je subodorais depuis toujours, à savoir que ces périodes de spleen faisaient partie de moi et que je devais apprendre à les accueillir.

Quel soulagement ! La mélancolie, ce n’est pas un choix. C’est une disposition naturelle de l’être. On naît avec elle. On ne l’apprend pas. Et on ne la désapprend pas. Point.

Dans le monde d’aujourd’hui, on n’a pas le droit d’éprouver du spleen. On doit être heureux, ne pas faire de vague. Sous peine d’être coupable. Parce que vous comprenez, avec tout ce que les media nous assènent, on se doit d’être heureux et de participer à l’effort général (de consommation ou de décroissance, selon le côté où l’on se place).

Mais enfin : comment être heureux avec toutes les horreurs qu’on lit, entend et voit au quotidien ? Comment cultiver la joie de vivre quand on vous annonce la fin de l’humanité à brève échéance ? Quand on vous dit qu’un belge sur 6 vit en dessous du seuil de pauvreté ? Quand on vous explique que quels que soient vos choix alimentaires, vous vous exposez au pire ? …

Hum… Le spleen, celui de ma nature profonde, existait déjà avant les alarmes d’aujourd’hui. Je l’ai toujours connu. Il est indépendant du monde dans lequel nous vivons. Et ce n’est pas de la dépression. Je connais aussi de nombreux et véritables moments de joie, de gaieté, d’amour, de contemplation, de gratitude en parallèle. De la même manière que dans les pays en guerre, les gens continuent à tomber amoureux, à faire des enfants, à être heureux et à vivre en espérant des jours meilleurs.

Dans notre monde, où les frontières sont de plus en plus perméables, on ne sait plus trop si on doit être heureux-mais-pas-trop ou malheureux-mais-dans-la-retenue.

Purée ! Je n’ai rien à prouver. Rien à justifier. Je suis ce que je suis. Et je fais de mon mieux.

Apprenons à nous accepter tels que nous sommes. Et apprenons à respecter cela. Le monde court à sa perte, peut-être. A cause de l’humain, peut-être. Il y courrait certainement moins vite si nous étions plus dans l’amour de soi, dans l’écoute et l’accueil de notre nature (imparfaite) et de celle de l’autre. Parce que l’écologie, pour être cohérente, devrait commencer par soi.

Je vous souhaite une belle et souriante semaine.

Auteur : francoiseconscience

Praticienne et facilitatrice convaincue Access Bars et Access Body, je vous invite dans mon monde fait de la magie (l'âme agit!) et de bon sens. Toutes mes expériences de vie m'ont menée où je suis aujourd'hui. Certaines merveilleuses, d'autres plus difficiles. Toutes fondatrices et constructives. Peut-être me donnerez-vous un rôle à jouer dans votre vie ? N'hésitez pas. C'est ma passion et mon métier !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s